Challenge Thématik’

Miss Pissenlit de Andrée Poulin 

 

61dIYi2UqtL

Catégorie : Littérature Québécoise

 

Résumé :

Manouane Denault, 15 ans, a envie de mordre. De frapper. De fracasser. Envie de tout faire sauter. Envie que ça arrête et que la honte disparaisse. Mais personne ne la laisse oublier la Catastrophe qui a mis sa vie sens dessus dessous, il y a quelques années… Bafouée et montrée du doigt, celle qu’on surnomme « la fille de la folle » encaisse, jusqu’à ce qu’elle explose. Réglant ses comptes à coups de graffitis, l’adolescente prend des risques de plus en plus grands et l’étau se resserre dangereusement… Sur son passage, elle rencontrera des gens qui lui ressemblent, des marginaux qui lui apprendront à vivre comme elle l’entend, sans se soucier du regard des autres. Après tout ce qu’elle a enduré, Manouane arrivera-t-elle enfin à faire confiance à l’amitié et, qui sait, à se laisser tenter par l’amour ?

 

Avis :

Le Thème du mois d’août de notre challenge Thématik’ :  littérature québécoise. Le choix a été assez compliqué, je dois dire. L’auteure va nous plonger au cœur d’une famille complètement barrée ! Manouane, quinze ans est montré du doigt par l’ensemble des habitants du village. Elle vit dans un trou perdu au milieu des vaches, d’une mère qui voue un culte démesuré à la Sainte Vierge et qui a été diagnostiquée schizophrène. Elle a  un comportement totalement imprévisible,  elle n’est désirée nulle part et la plupart des gens lui font une réputation d’enfer ! C’est dans ce contexte que notre jeune adolescente va devoir grandir. Que ressentons lorsque l’on est surnommé : « la fille de la folle » ? Cette période est déjà difficile à vivre, mais dans le cas de Manouane cela s’avère presque mission impossible. Au fil des pages, nous allons assister à son impuissance, à sa révolte contre différents personnages, comme le curé par exemple. Notre rebelle a décidé de s’intéresser de près aux pissenlits. Pourquoi ? Dans son esprit c’est une plante loin d’être jolie qui ferait plutôt partie des mauvaises herbes. Notre héroïne va devoir faire face aux excentricités de sa mère. À l’existence plutôt terne et ennuyeuse de son père, qui passe son temps auprès de ses vaches. Pourtant, elle va finir par faire des rencontres assez déterminantes : Sankara, un garçon qui va lui tendre la main, l’écouter, la comprendre et la conseiller. Une jeune française venue vendre des dessous féminins qui n’intéresseront personne dans un lieu comme celui-ci. Notre adolescente va se retrouver parfois dans des situations assez rocambolesques. Elle est bien décidée à laisser quelque part sa marque de fabrique avant de de partir… Pourtant, au fil des rencontres elle va se confier et comprendre qu’elle n’est pas responsable, mais victime de ce qu’elle subit. Miss pissenlit va prendre conscience qu’elle a aussi des qualités. Finira-t-elle par accepter sa famille ? Certes très particulière, mais au fond que peut-elle y faire ? Parviendra-t-elle par arrêter de culpabiliser ? Un récit traitant d’un sujet grave avec un humour assez décalé, mais plaisant. Même le nom du village donne envie de s’enfuir. Qui aimerait faire partie d’un trou perdu nommé Sainte-Cunégonde-du-Cap-Perdu ? Absolument personne ! Cependant, nous ne choisissons ni sa famille, ni l’endroit où l’on vit… Manouane Côtoiera  également Justine Babin, une jeune fille paralysée à la suite d’un accident qui est devenue agressive, jalouse, envieuse… Comment Miss pissenlit arrivera-t-elle à braver tous les obstacles qui se dressent sur sa route ? Une histoire finalement assez humoristique avec des personnages très hétéroclites. Nous plongeons tête baissée dans un univers assez singulier. J’ai passé un moment de détente, l’héroïne est attachante malgré sa révolte permanente. Une lecture que je conseille, un bon moyen de se déconnecter de notre réalité.

 

 

Extraits Et Citations :

« – Tu peux rapporter les morceaux à ta mère. Comme c’est une habituée des miracles, elle n’aura qu’à claquer des doigts pour la remettre à neuf. »

 

« Coincée entre les vaches et la Vierge, j’étouffe. Les vaches envahissent mon paysage. Je ne peux pas échapper à leurs champs de trèfle, leur étable, leur merde molle, leurs mugissements mélancoliques. La Vierge envahit mon décor. Des statuts, grosses et petites, en plâtre et en plastique poussent partout dans la maison, sur les meubles, les murs, les rebords de fenêtres et jusque dans la salle de bain. »

 

« Cette pitié qui confirme, haut et fort, que ma mère est cinglée-fêlée- toquée. »

 

« – Ma mère est toujours obsédée par la Sainte Vierge et mon père toujours aussi obsédé par ses vaches.

– Il n’y a pas de parents parfaits…

Silence. »

 

@Andrée POULIN

NOTE 4/5

5 commentaires sur “Challenge Thématik’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s