La gueule de leur monde de Abram Almeida

 

 

51s3g7nyuEL

Catégorie : Littérature.

 

 

Résumé :

Lorsqu’un jeune diplômé africain se décide contre tout bon sens à rejoindre la horde de migrants qui tente de traverser la méditerranée pour atteindre l’Europe, on se doute déjà que quelque chose ne tourne pas rond dans ce monde. Mais comme tous ces indésirables fuyants la guerre, la famine ou Dieu sait quelle autre calamité dont seul le tiers monde a le secret, il a ses raisons.

Il est pourtant bien loin de s’imaginer ce qui l’attend au cours de son périple où rien, mais alors vraiment rien ne se passe comme prévu. Dehors il y’a désormais des djihadistes qui redessinent la figure du monde à l’arme lourde, des forces de l’ordre qui ne savent plus où donner de la matraque, des malfrats de tous bords qui font des affaires avec des vies humaines, le tout dans le dos de gouvernements trop occupés à se refiler tout ce monde de misère envahissante.

Notre héros lui ne voit pourtant aucune incohérence à toutes les invraisemblances de ce monde, c’est un Candide des temps modernes. Avec trois compagnons de route aussi touchants que comiques, il arpente les sentiers de la migration sans se soucier de ses dangers. Ces drôles de lurons arriveront-ils au terme de leur voyage ? Celui-ci en vaudra-t-il la peine ? Quoi qu’il en soit, l’Europe n’a qu’à bien se tenir… Ils arrivent !

 

 

Avis

Je remercie Abram Almeida de m’avoir confié son service presse. Dans ce récit, nous allons découvrir un jeune diplômé africain bien décidé à quitter son pays ! Il est conscient qu’il n’y a plus aucun avenir dans cet endroit ravagé par la guerre. Il est bien décidé à rejoindre l’Europe coûte que coûte. Il n’hésitera pas à suivre la route de plusieurs migrants, afin de réussir sa mission. Pourtant, il est loin de se douter que son périple va s’avérer encore plus chaotique qu’il ne le pensait.  Entouré de quelques joyeux lurons, il va s’embarquer dans une véritable épopée ! L’auteur traite un sujet grave avec un sens de l’humour hors du commun. À certains moments, je me suis vue dans l’obligation de faire des pauses tellement le rire était au rendez-vous et la crise d’asthme pas très loin. Vous imaginez bien que rien ne va se passer comme prévu. Nos héros ont-ils eu raison de vouloir partir à tout prix ? Certes leur situation devenait ingérable… Dans ce cas, souvent nous désirons voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Seulement quand la poisse s’invite parmi les voyageurs, le doute, la peur, et l’incertitude bousculent sérieusement leurs prévisions. Ils sont courageux, déterminer… Ils viennent d’horizons différents, cependant ils ont tous le même rêve : vivre libre et heureux. Seront-ils prêts à braver toutes les embûches qui se trouveront sur leur route ? Et Dieu seul sait qu’ils ne seront pas au bout de leurs peines. Au fil des pages, nous assistons impuissants aux pièges qui leur sont tendus. Aux rencontres inattendues et dangereuses auxquels ils vont être confrontés. Parviendront-ils seulement à progresser sur le chemin de la délivrance ? Rien n’est sûr, ils perdent leurs repères. Ils sont souvent  abasourdis en réalisant qu’ils tombent constamment dans des impasses. Les personnages principaux sont tous attachants. J’ai eu beaucoup d’empathie pour l’ivoirien. cet homme est le seul à oser s’interposer et à dire ce qu’il pense. Seulement attention aux dangers. Ses interventions ne sont pas toujours les bienvenues. Notre petit groupe de fuyards en subit parfois les conséquences. Ils ont un caractère différent, mais certains sont plus entreprenants que d’autres. Il y a les meneurs et les suiveurs. Leur véritable odyssée va les confronter souvent à la mort. Nous pourrons observer les réactions de chacun d’eux. Ils vont être amenés à s’opposer à différents ennemis. Auront-ils une chance d’arriver jusqu’à la destination finale qu’ils ont choisie ? Là est la grande question ? Tout au long du récit, l’auteur utilise un humour assez exceptionnel qui dédramatise la situation. Au fur et à mesure, nous assisterons aux multiples échecs qu’ils vont connaître. Cependant, il suffit parfois de peu de choses… Verront-ils leur rêve prendre vie ? Ou réaliseront-ils que finalement l’herbe n’est pas si verte ailleurs ? Un roman au sujet tabou, traité avec beaucoup d’habileté et d’humour. J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de cette bande de joyeux lurons. Cependant, n’oublions pas que derrière ce sens de l’auto dérision se cache un véritable problème de société. Une suite serait-elle envisagée ?

 

 

Extraits et citations :

« Non, je vous le dis, il y ‘a une entourloupe quelque part dans l’histoire. Je refuse de croire que des hommes lucides, guidés par je ne sais quelle lubie sont venus de leur plein gré s’installer dans ce foutu merdier en se disant : ah, qu’est-ce qu’on est bien ici ! »

 

« J’avais brillamment réussi mes études et c’est avec autant de talent que j’avais foiré ma vie. Pourquoi ? Vous savez vous ? J’en sais rien moi. »

 

« J’aurais pu trouver mieux. Mieux pour la femme qui m’avait mise au monde dans d’atroces souffrances après neuf mois de grossesse. Mieux pour l’homme qui jour après jour s’échinait pour nous nourrir. Mais bon, on ne va pas refaire la genèse. » 

« Mais nous, on ne voulait pas y aller dans nos pays respectifs, on était bien déterminé à vadrouiller encore un peu dans ce monde de fou, histoire de voir s’il y’avait quelque chose au bout de sa folie. »

@Abram Almeida

Note 4/5

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s