Chum Éditions

Les enfants de Vallabrègues de Gilles Brancati

 

66-large_default

Catégorie : Littérature Française.

 

 

Résumé :

Deux frères qui ne se sont pas vus depuis 16 ans. Il aura fallu que Sylvan plonge dans le coma pour que Antoine aille le voir. Revenir sur son passé, sur les forces et les faiblesses qui ont construit les enfants qu’ils étaient dans une Provence encore campagnarde.

 

 

 

Avis :

Je remercie Chum Éditions de m’avoir confié ce service presse. J’ai découvert la belle plume de Gilles Biancati qui traite un sujet délicat. Sylvan plonge dans le coma à la suite d’une tentative de suicide. Suite à cet évènement dramatique, Antoine, son frère entreprend une véritable quête afin d’essayer de comprendre et surtout de pardonner cette vie tellement différente de la sienne.

Antoine nous parle de son village, de son enfance, des siens. Il revient régulièrement sur son passé et nous nous emmène avec lui dans ce bourg du Sud ; la manière dont les habitants vivent et se côtoie, les relations entre les familles. Dans cet endroit très bien dépeint, un meurtre a été commis et les conséquences auront un impact sur l’ensemble de la population. À l’heure où Sylvan est entre la vie et la mort, Antoine entreprend une enquête personnelle. Il souhaite comprendre comment son frère en est arrivé à de telles extrémités. Pour cela il va se rendre à l’hôpital et entamer de longs monologues. Certains faits vont être dévoilés nous permettant de comprendre la nature de leur relation. À chaque visite il va se raconter davantage, narrer des souvenirs lointains. Il voudrait tellement arriver à pardonner… Ce cheminement lui permettra-t-il d’y parvenir ? Parallèlement, il va rencontrer un « proche » de Sylvan surnommé « la juive ». Sera-t-il en mesure d’avoir des réponses à ses interrogations ? Il ne repartira pas les mains vides, un carnet lui sera confié. Cet objet précieux contient des confessions inattendues susceptibles de faire changer le regard d’Antoine. Nous allons assister à de véritables confessions parfois touchantes.

Personne ne pourra rattraper le temps perdu, mais cette étape permettra peut-être de soulager les consciences avant qu’il ne soit trop tard. L’auteur termine son roman par une phrase lourde de sens qui pousse inévitablement à la réflexion.

La vie est courte, pourquoi s’encombrer de non-dits. « Aimons-nous vivants » prend tout son sens dans cette histoire. Malgré un sujet délicat, l’auteur a mis de l’humour notamment quand il nous parle des souvenirs de son village.

Un roman très intéressant qui permet de relativiser  et de comprendre qu’il est inutile de s’embarrasser d’évènements négatifs, mais plutôt de s’attacher à l’essentiel.

 

 

 

Extraits et citations :

« — Non, être frère ce n’est pas être sorti du même ventre, c’est avoir trempé ensemble dans le même bain générateur, dans la même culture, la même morale, la même religion. »

« Cette femme a tellement fait des signes de croix dans sa vie que ça a dû lui servir de gymnastique. Moi, je croyais que c’était des devoirs d’écolier que tu devais faire, mais pas du tout, elle parlait de ton devoir envers Dieu. »

« La mort devrait nous réjouir alors qu’elle nous accable. Celle de nos proches, la notre n’existe pas. »

 

 

Pour vous procurez l’ouvrage : http://www.chumeditions.com/boutique/index.php?id_product=18&controller=product

 

 

@Gilles Brancati

Note 4/5

 

 

Un commentaire sur “Chum Éditions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s